Trait Boulonnais

Créé le 8 novembre 2005
Bonjour, bienvenue dans l'espace d'information spécialement consacré au cheval de trait Boulonnais


Evènements

Concours des mâles/étalons trait Boulonnais - Samedi 23 septembre 2017.
   En septembre les mâles et les étalons Boulonnais se concentrent dans la petite ville de Samer (62) pour leur concours annuel.
   Ce fut dans un passé récent un instant magique. Une des particularités de cette race est le chic et les belles prestances des reproducteurs mâles Boulonnais.
   2017 aura été une année surprise. Le reproducteur de bon aloi aura été particulièrement rare en se concentrant à quelques unités. Tout le reste a perdu le miracle racial de ce qui fut une race exceptionnelle.
   J'ai fait l'erreur de revoir les images qui ne remontent qu'à une quinzaine d'années. Il régnait alors une certaine unité collective d'un Art chevalin accompli; quelle déception.

                                                                   2004 - Desvres

   Ce n'est pas une fatalité, mais aucun espoir de voir prendre une direction corrective même tardive.
   Ça va mal, on ne change rien et on persiste...
... sans moi.

                                                                 2017 - Samer

   Quand on respecte une certaine procédure, il est souvent possible d'organiser une certaine protection des races d'animaux domestiques.

* Retour harmonieux de l'élevage de la race bovine Rouge Flamande :
   La race bovine Rouge Flamande est une race laitière ancienne qui était élevée sur toute la partie Nord de la France. Des races soeurs avaient les mêmes fonctions dans les autres pays nordiques.
Ses effectifs étaient très importants. On pouvait la voir dans les pâtures du Nord-Ouest de la France en compagnie (ou presque) avec le trait Boulonnais.
   Son élevage a été brutalement interrompu par son remplacement par une autre race plus performante, la Française Frisonne Pie Noire (F.F.P.N.) qualifiée d'Hollandaise dans le langage courant. Comme son nom l'indique, son origine se situe aux Pays-Bas.
   Ce choix est surprenant. Notre pays avait déjà la chance de disposer d'une race bien supérieure avec la vache Normande. La Normande est une vache mixte. C'est-à-dire qu'elle produit du lait et de la viande.
   Malgré sa mixité, c'est une très grande laitière qui produit spontanément un lait de très haute et bonne composition.


                                                 Rouge Flamande -  S.I.A. 2019

   Cela n'aurait en aucun cas sauvé la Rouge Flamande. L'intérêt pécuniaire de l'éleveur aurait été amélioré.
   Plus tard, on a comme pour les chevaux de trait, décidé d'en relancer l'élevage.
   Il est toujours dommage de perdre sans espoir de retour, un animal productif qui pourrait être très utile plus tard surtout si on s'inquiète d'une conservation raisonnable d'une diversité génétique.

   Comme pour les chevaux de trait, les effectifs résiduels très faibles annonçaient une grave problématique d'un avenir restreint à cause d'une consanguinité mécaniquement en augmentation constante.
   Pour résoudre cette menace une seule solution existe, allez chercher ailleurs une nouvelle diversité de la génétique. On a donc importé depuis les Pays-Bas des taureaux susceptibles de rendre ce service.
   Grâce à cette opération, la qualité sanitaire de cette ancienne race régionale est devenue excellente. Elle reste toujours une bonne laitière et elle est toujours parfaitement adaptée au climat des Hauts de France.
   Le prix de revient du lait produit est moins performant par rapport à ce que rapporte la vache Prim'Holstein, la championne actuelle. L'utilisation exclusive du lait régional pour la confection des fromages renommés du terroir lui permet d'être à nouveau intéressante à élever.

Remarque personnelle : ce succès ne doit pas faire oublier l'importance du niveau économique concurrentiel en n'oubliant pas de diminuer les frais en augmentant la taille des élevages.

   Quand on a décidé la relance de l'élevage des chevaux de trait, il aurait été sage d'appliquer une recette semblable. Cela aurait été un peu plus complexe. On aurait évité la dépense de sommes importantes dont la très mauvaise utilisation à abouti au désastre actuel. Le cheval de trait est un paria et les éleveurs hors du temps.
   Il y a eu un certain nombre de personnages depuis 18 ans que la Lettre existe, qui par leurs actions
auraient pu changer le court d'une catastrophe. La Lettre n'a jamais manqué de les présenter. Ils ont été rapidement évincés.

Ce n'est pas tout.

* Le mouton Boulonnais :
On a récemment relancé l'élevage du mouton de race Boulonnais. Pour y parvenir, un plan semblable à été suivi.
Les représentants résiduels actuels sont en cours d'augmentation d'effectifs. Pour cela il recherche des éleveurs.
Je n'ai aucune information sur sa qualité concurrentielle avec les autres races bien établies. Je n'ai pas une connaissance générale de cet élevage en particulier et des autres en général.

                                                       Mouton Boulonnais - S.I.A. 2014

- Particularité :
Il y a cependant au moins un troupeau et peut-être plus qui consomme les herbes qui poussent à l'approche des falaises maritimes. Cette zone est exposée aux embruns venteux.
Le sel ne fait pas bon ménage avec la végétation. La flore qui pousse et qui est consommée en bordure de côtes doit être plus ou moins différenciée de la végétation qui végète plus à l'intérieur de la région.
Une éventuelle qualification de la viande de mouton prés-salés aurait un effet avantageux sur la qualité gustative de cette viande et les revenus bouchers.

* Conclusions :
   Relance de l'élevage = reliquat + races remontantes = race améliorée et en bonne santé.

   En même temps : trouver une ou des activités lucratives. Si elles n'existent pas, les créer intégralement.
   Créations modernes qui excluent la reprise des techniques du 19éme siècle.
   A mon avis les seuls débouchés sont touristiques. Le reste est trop cher.
   Inconvénient majeur, la corporation actuelle cramponnée au passé.
   Malheureusement, elle ne semble pas bien connaître les activités de nos anciens avec les races domestiques.
   Le cheval de trait est de création récente.
   Le trait Comtois est tout neuf c'est le produit de trois autres races.
   Le Trait du Nord a été fabriqué avec d'autres races.
   Suivant les nécessités (viande), les chevaux de trait ont été modifiés par croisement : trait Breton.
   Pour compenser des défauts ou insuffisances, on a procédé à des hybridations : Trait Poitevin et Baudet du Poitou = mule Poitevine.
   Percheron : croisement avec la version modifiée américaine = Diligencier.

   Actuellement les 9 races de chevaux de trait sont élevées en race pure ?, comme une pièce de musée. On ne change rien.

   Nos arrières-grand-père n'étaient pas stupides. Ils défendaient leurs intérêts puisque c'était leur gagne-pain.

Trait Boulonnais élevé en Belgique.

   Allez à la rencontre de Figaro Lewensis, jeune mâle de 2 ans produit par Frans Stragier dans son élevage typique de Boulonnais à Zoutleew en Belgique.  ICI 
  


Quand deux tourtereaux s'aiment d'Amour tendre...

Nouveau Bureau

Président :   Jean Paul Munn
Vice Président élevage: Olivier Blon
Vice Président valorisation : Chloé Perrin Dubosque
Trésorier :  Didier Pecquart
Secrétaire : Christophe Debruyne
Secrétaire adjoint :Stéphane Bultez

Membres élevage: Philippe Blondel, Bernard Hochart, Philippe Méquinion
Membres valorisation : Étienne Delmer, Mehdi Malim, Francis Urbain
.

 


Contact :   

   Le titulaire des droits sur le site, son contenu et son organisation, interdit l'utilisation de tout ou partie des éléments protégés, sauf autorisation préalable et écrite. Toute violation des droits précités exposerait un éventuel contrevenant à des poursuites pénales.

Dernière modification : samedi 21 octobre 2017
©2006-2014